15 avril 2015

La danse des singes a commencé

Vendredi 10 avril 2015, la campagne électorale pour la présidentielle a commencé ! Après dix jours de report « inutile », nous voilà dans la fièvre de l’élection. On croirait même qu’il n’y a qu’un seul candidat, car les rues togolaises ne semblent qu’être peintes en bleu de la couleur du parti Unir (Union pour la République), celui du président sortant Faure Gnassingbé.  Et le citoyen togolais se voit offrir bien des affiches avec quelques slogans farfelus . La surprise reste ce slogan devenu hashtag #miabeFaure qui signifie littéralement « Notre Faure ». Le Faure de qui ? Pas le mien en tout cas. D’aucuns se demandent pourquoi un président qui vient de boucler dix années au pouvoir a besoin de communiquer autant pour convaincre. Après tour ce règne veut-il nous faire au «  changement dans la continuité » ? Comment peut-on encore changer de méthode après une  décennie de gouvernance ? Certes, cela est possible, mais la probabilité est faible. Et je ne comprends point cette affiche où il s’entoure de jeunes mineurs qui ne sont même pas en âge de voter, au moment même où il refuse de satisfaire les revendications des enseignants.
Le second candidat le plus visible est Gerry Komandega Taama, le président du Nouvel engagement togolais (NET) qui n’hésite point à s’afficher en T-shirt et pantalon avec le slogan « un président jeune», comme quoi les jeunes ne portent pas costume et cravate et il faut marquer ainsi sa jeunesse ? Interrogation pour tous…
Jean-Pierre Fabre si plébiscité est pourtant si tristement absent. Pour avoir sillonné Lomé, ces trois jours, je vous rassure, pas pour faire campagne, je n’ai vu aucune pancarte de lui ! Maître Tchabouré Tchassona et professeur Aimé Gogue battent eux aussi à leur manière la campagne.
Bref, il fallait que je vous fasse ce bref résumé. Pourquoi? Serais serais-je en train de dire que nos cinq chers candidats sont des singes ? Ah non, et bien loin de moi, cette idée !

crédit photo: youtube.com
Crédit photo: youtube.com

En réalité, les singes sont doués pour faire des grimaces et aimer la banane. Que ne ferait un singe pour une banane ? Eh bien, tels sont ces nombreux et Togolais et Togolaises, qui tels des singes, à la recherche de quelques sous en plus, se livrent à des danses et actions dignes de véritables singeries pour mobiliser la population à choisir le candidat qui remplit leurs poches. De véritables singeries, dépourvues d’un choix réel, d’une véritable conviction en dépit de leur conscience qui pourtant crie à la citoyenneté.
Une majorité importante des Togolais a perdu ses valeurs, et tristement, le seul enjeu de cette campagne électorale est de se remplir les poches et non de choisir un président pour le Togo.
Médecins, hauts gradés, policiers, employés d’État, ministres ils sont bien nombreux à déserter leur poste pour battre une campagne pour garder ou acquérir un poste. Et réellement, il faut le faire, car au lendemain d’une réélection, il y aura des récompenses ou des punitions, selon ce que chacun a apporté au processus de réélection. Le défi est donc de mobiliser le maximum de ses proches pour pouvoir prétendre que son fief a apporté un nombre conséquent de voix électorales.
Ici, c’est Lomé, Personne à l’écoute : les singes dansent et nous sommes occupés à les regarder…

Partagez

Commentaires

Guillaume DJONDO
Répondre

Judith... Okpakoouuuuuuuuuuuuuuum !

Quand tu l'annonçais en weekend sur twitter, je me demandais ce que ça signifierait "la danse des singes". Me voilà servi !

Très beau billet, excellent même. Je partage vite fait.

Amitiés.

Judith Gnamey
Répondre

oui, c'est vrai que le titre n'est point évocateur, mais tout ce que je vois actuellement à Lomé, c'est de véritables singeries

Benjamin Yobouet
Répondre

C'est quand même bien dommage, il a existé, il existe et il existera des singes pour la gloire des dirigeants politiques en Afrique. Qu'est-ce qu'on peut faire ou leur dire. Ils ont des oreilles bouchées pour avoir des poches remplies ( quelques billets parfois). Merci en tout pour cet article, cordialement :D !

Judith Gnamey
Répondre

Rires. vraiment, il en existera toujours, mais s'il y en a de trop, il ya de quoi s'alarmer

jeogo
Répondre

Apparemment le pays reste fidèle à lui-même. Dommage.

Judith Gnamey
Répondre

Et encore plus, les élèves étant en congés de un mois, c'est pire

renaudoss
Répondre

Excellent! Et encore, le meilleur (pire) est à venir. Pour beaucoup, c'est un genre de Job de Vacances. Nous sommes dans un zoo à ciel ouvert

Judith Gnamey
Répondre

vraiment, un job de vacances puisque les écoles sont fermées pour un mois

Djifa Nami
Répondre

Entre cirque et zoo, décidément il y en a pour tous les goûts. Courage à toi, et tous les autres involontaires de cette audience (presque) impuissante devants toutes ces grimaces et clowneries. Mais ce n’est pas peine perdue, vous êtes nos yeux pour voir, nos oreilles pour entendre, et nos bouches pour en rire de loin, alors ne nous épargnez pas une miette.

Judith Gnamey
Répondre

J'aurais pourtant voulu être privé de ce spectacle malheureux!