Devrait-on parler de sa vie privée au travail ?

Je venais de décrocher mon premier « job » et mon père me donna sans doute le meilleur conseil qui soit. L’ai-je suffisamment écouté ? Ce ne fut que du vent pour moi, mais avec beaucoup de recul, je crois que je me serais évité beaucoup d’ennuis si j’y avais prêté attention. Voilà le trésor qu’il me confia : « Ma fille, au travail, sois courtoise et polie envers tes collègues, mais au grand jamais, ne te confie sur ta vie privée, ta famille ou tes amis… Discute, échange, rigole avec tous, mais sans jamais dire un mot sur tes réalités personnelles. »

Quelques années plus tard, me voilà, au travers des expériences, face aux réalités dont il voulait m’épargner : les relations humaines au travail !

 

Crédit Photo: Dreamstine CC

Et aussi loin que je me penche, aussi proche que je m’arrête, j’aurais dû mieux suivre ce conseil.

Nous passons plus de la moitié de notre vie sur notre lieu de travail, avec nos collègues ; nous subissons ensemble des difficultés et décrochons ensemble des victoires. Au fil du temps qui passe, les liens se tissent ; au travers d’un repas à midi, de la maladie d’un collègue ou encore des fêtes populaires ou des débats politiques ou sportifs. Dans un tel environnement, il est difficile, voire quasi-impossible de rester courtois et unis dans une équipe sans communiquer ; et souvent communiquer comprend aussi partager sur sa vie personnelle.

Pourtant, « full stop ! », il faut toujours garder personnelles, ses réalités personnelles. La tautologie en vaut le coup ! Personnel égal privé. Don’t touch ! Don’t say !

– Le plus courant est ce collègue, si sympathique au départ, qui commence à déballer ta vie privée et tes difficultés à tout le monde. Rien dans ta vie personnelle n’échappe aux autres. Aux travers de quelques confidences innocentes de ton cœur, tout le monde sait désormais tout sur toi : tes parents, tes amours, tes habitudes… Why ? Mais parce que tu as confié quelque chose de personnel à un collègue !

– Le second aspect est le collègue à qui tu te confiais et qui estime que tu es beaucoup plus privilégié que lui. Du jour au lendemain, il devient un adversaire redoutable, possédant des informations clés à ton sujet ; suffisamment d’informations clés pour te mettre des bâtons dans les roues. Mais fallait pas ouvrir ta bouche et votre relation serait restée cordiale !

J’avais une collègue à qui j’ai dit mon salaire déjà maigre, et moi qui espérait une augmentation ! Elle est partie se plaindre directement à notre chef, que je perçois plus qu’elle alors que nous avons la même charge au boulot. Pourtant, à l’embauche, elle avait donné ce montant de salaire elle-même et cela lui a été accordé. Alors que moi, ma demande a été revue à la baisse. En plus, j’avais un niveau d’instruction plus élevé qu’elle et aux premières heures de notre embauche, j’ai participé à sa formation. Ses plaintes n’ayant pas eu de suite, elle est revenue après se plaindre directement de moi et m’accuser de percevoir plus qu’elle, et de vouloir encore une augmentation.

Il y en a d’autres qui perçoivent plus que vous, mais qui vous envient quand même. Parce que vous gérez mieux qu’eux.

Avez-vous besoin de dire votre paie ? De dire vos privilèges ? Avez-vous été recruté ensemble (genre sous le même matricule) ?

Au fond, qu’avez-vous de plus, que quelques habitudes de travail à effectuer ensemble ?

– Pire encore, il y en a d’autres, à qui vous vous confiez sur vos limites au travail ou même des projets (peut-être pour l’instant incompatibles avec votre statut de salarié) et qui fait un rapport détaillé directement à votre boss. Et donc vous vous retrouvez avec une lettre d’explications ; juste pour avoir délié la langue autour d’un plat de fufu.

– Vous êtes tellement lié à un certain collègue que personne ne remettrait en cause ce qu’il dit de vous. Et justement, il utilise cette proximité pour faire croire aux autres que vous avez tels préjugés ou émis tels avis sur eux. Qui pourrait croire le contraire ? C’est votre collègue-ami ! C’est votre compagnon !

Le travail est le lieu par excellence de la concurrence : chacun veut démontrer ses capacités, avoir des promotions et par ricochet, accéder à un meilleur niveau de vie. Si vous avez envie de vous épancher, appelez un ami et déballez tout afin que rien ne vous reste à dire à un collègue. Un collègue est un collègue : rien de plus, ni de moins !

Aussi, que pensez-vous de raconter ses réalités de travail à ses proches ? Yes or no ?

2 commentaires sur “Devrait-on parler de sa vie privée au travail ?

  1. Sacrément bien dit ! Telle femme au boulot se fera prendre en pitié parce que c’est elle qui travaille alors que son mari est au chômage et qu’elle est mère de deux enfants.
    Il est vrai qu’on est censé passer plus de temps au travail que chez soi. Faut-il créer une atmosphère conviviale ? Oui. Mais, gardez votre langue et vos confidences si vous ne voudriez pas en payer le prix…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *