crédit photo: Happuc Photography, image reproduite avec autorisation

Pourquoi les africains doivent faire plus d’enfants ?

Contexte : Démographie africaine, et si on en reparlait ?

Le président français Emmanuel Macron, dans ses nombreuses sorties, n’a cessé de fustiger la natalité de l’Afrique et de l’accuser d’être le soubassement de divers maux ; En effet, il semble que la démographie de l’Afrique l’ empêche de décoller.

Je ne suis pas experte en démographie et encore moins en sociologie, mais je voudrais marteler cette réflexion qui me vient à l’esprit, comme un cri du cœur.

L’Afrique s’est faite dépeuplée au travers de l’esclavage et de  la colonisation, sans oublier le taux de mortalité élevé et aujourd’hui le poids de la migration qui sont de vrais freins à l’explosion démographique de l’Afrique. Les Africains ont servi à alimenter les autres continents. Oui, l’Afrique est le réservoir humain du monde.

De 100 millions d’habitants en 1900, la population de l’Afrique est passée à environ 275 millions dans les années 1950-1960, puis à 640 millions en 1990 et à 1,2 milliard en 2016. Selon les projections démographiques, dans les années 2050 la population de l’Afrique se situera entre 2 et 3 milliards puis 4,4 milliards en 2100…En 2016, le taux de fécondité  en Afrique est estimé à 4,7 enfants par femme, contre une moyenne mondiale de 2,5.Le record mondial de la fécondité appartient au Niger avec 7,6 enfants par femme en 2012 (Wikipédia, 2019).

 

crédit photo: Happuc Photography, image reproduite avec autorisation

L’accroissement de la population est-il un facteur de sous-développement ?

L’Asie fait 4 milliards – dont 1,4 milliard pour la Chine; la Chine qui depuis 2018, fait face à une décroissance de sa population alors que sa voisine l’Inde la talonne. Pour contrer cette baisse, le gouvernement chinois invite maintenant les familles à faire deux enfants, après avoir longtemps instauré la politique de l’enfant Unique.
La population de l’Europe, quant à elle, est de 800 millions d’habitants et elle ne cesse de diminuer, bien que certaines politiques encouragent les naissances ; il est clair qu’à ce rythme l’Europe s’éteint et est obligée d’accueillir des migrants.

Même si l’Afrique ne comptabilise pas encore les réalisations effectuées par l’Europe ou l’Asie et ne peut se narguer de vouloir augmenter sa démographie, sans offrir des conditions minimales de vie à sa population, la démographie reste une force. Un peuple qui n’augmente pas, s’éteint. L’Inde est l’exemple parfait, les natalités n’ont jamais été réduites et cela ne l’empêche pas de croître.

L’Amérique et l’Océanie, elles aussi, sont obligées d’accueillir des migrants, face à une population insuffisante. Notons aussi que la population de l’Amérique est de 1 milliard ; elle est pratiquement égale à celle de l’Afrique, et pourtant elle ne reçoit pas la pression comme l’Afrique, de diminuer des naissances et au mieux, de nombreux programmes étatiques, veulent peupler ces continents de migrants.

Que le nombre d’Africains ne nous inquiète pas. Le vrai problème de l’Afrique est ailleurs.

crédit photo: Happuc Photography, image reproduite avec autorisation

Qu’est ce qui empêche les Africains d’avoir une place honorable dans le concert des continents ?

 

Le vrai problème de l’Afrique est que nous ne consommons pas local. Les Africains vendent à bas prix leurs ressources, pour les racheter, transformés et extrêmement chers ; nous sommes friands de l’importation, nous délaissons nos valeurs et nos cultures. Que deviennent nos ressources, que faisons-nous de notre production ? Le cas, le plus frappant est celui du pain, qui est l’une des denrées les plus consommées du continent, sans que la matière première soit vraiment produite.

Au-delà de ce comportement d’achat,  les Africains ne se soutiennent pas, mais plutôt, partent en guerre les uns contre les autres.

Oui, tant que le comportement des africains n’aurait pas changé, la démographie serait un goulot d’étranglement, au lieu d’être un tremplin de développement. Et en réduisant la démographie, sans changer de comportement, absolument rien ne changera.

Je vais inévitablement m’attirer la foudre, mais oui, je le pense, les Africains devraient faire plus d’enfants. Et surtout adopter de nouveaux comportements économiques.

4 commentaires sur “Pourquoi les africains doivent faire plus d’enfants ?

  1. Tu as trop raison. Le problème n’est pas fondamentalement dans le nombre d’enfants mais de la nécessité de mieux travailler et de mieux gérer…
    Mais l’un dans l’autre, si finalement l’Afrique n’avait pas fait autant qu’on le dit où l’Occident puiserait-il pour combler son déficit démographique due au vieillissement de sa population ?
    Loterie-visa marche toujours et tous les jours que Dieu fait, la France de Macron ne cesse de naturaliser beaucoup d’Africains malgré tout…
    Qu’il nous remercie plutôt. Nous on respecte son choix personnel de ne pas faire d’enfant mais la France nous prouve à chaque fois qu’elle bénéficie de notre excès de population…Si excès il y a…
    Merci Juju

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *